Carnets de voyages et récits de transition vers un avenir éthique et durable

Je m’appelle Claire Blumenfeld et je tiens Peregrinus Mundi depuis 2015. Ce site suit mon évolution dans la vie sous forme de chapitres. Les chapitres I à VI présentent principalement des récits de voyage et photographies. Le chapitre VII suit ma démarche de transition vers un mode de vie basé sur l’écologie et le bien-être à travers trois approches qui m’intéressent particulièrement, la permaculture, l’herboristerie et l’éco-construction.

Vivre autrement chez Goka farm
Volontariat au sein d’une famille japonaise habitant en quasi-autonomie pas très loin du Mont Fuji.
Goka farm, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld
CARNET

Le petit train s’enfonce dans les vallées de plus en plus isolées et j’ai l’impression de m’enfoncer au coeur du Japon. J’aperçois enfin le Mont Fuji au loin, immense géant magnifique qui domine de sa puissance le pays. Le train me dépose et je rencontre un couple de français, Pauline et Mickael, eux aussi en chemin pour rejoindre Goka Farm. Je vais passer les dix prochains jours à faire un wwoofing dans une famille japonaise habitant dans une vallée montagnarde reculée pas très loin du Mont Fuji. Ils ont décidé de vivre en autonomie en essayant de dépendre le moins possible du gouvernement et en respect avec la nature. Une heure d’électricité par jour, pas d’internet, cuisson au feu de bois, bain traditionnel, permaculture, récolte de plantes naturelles dans les forêts aux alentours, régime en grande partie végétarien, réutilisation et inventivité… Une vie assez éloignée de la mienne que je suis assez excitée de rencontrer.

La maison est une baraque traditionnelle remplie d’un bric à brac incroyable. Tatamis, portes coulissantes en papier, cuisson à l’extérieur. La famille Goka nous accueille : deux jeunes adultes d’une trentaine d’années et trois jeunes filles. Ils sont tous très sympathiques. Les deux adultes parlent relativement bien anglais et les fillettes sont des pépites d’énergie. Surtout la plus jeune, un petit bout de chou qui fait fondre mon coeur instantanément. Je suis éblouie par la vue sur la vallée. Qu’est ce que c’est vert ! Petites maisons isolées et terrasses cultivées à la main. Et c’est tout. La nature verdoyante et le silence tout autour. J’ai l’impression d’avoir été projetée dans le passé. Enfin un Japon un peu plus traditionnel. Le calme et la sérénité m’envahissent instantanément.

Une jeune femme est déjà là en woofing qui s’en va quelques jours après notre arrivée, et un jeune américain débarque peu après. Je discute beaucoup avec Pauline et Mickael, contente de pouvoir échanger en français et de me sentir un peu moins seule après des mois de voyage en solitaire. Eux aussi viennent chercher une expérience de vie différente, quelque chose de réel, en lien à la terre. 

Les jours passent au rythme du soleil. Brouillard le matin sur les montagnes. Je passe de longs moments à regarder la nature autour de moi et j’ai l’impression de l’entendre vivre. Il y a quelque chose de mystique ici. Mon travail se répartit entre aider à la récolte des champs, récolter des fougères et pousses de bambous dans la forêt (c’est la saison) et aider à la préparation des repas. C’est physique tout en étant reposant en même temps. Avec les autres wwoofers nous apprenons à préparer les repas rustiques mais bons : onigiris (boulettes de riz), pousses de bambous et salades, production de nouilles et de sauce soja, cuisson du pain au feu de bois, surveillance des umeboshis, prunes salées macérées dans le sel pendant presque deux mois.

Notre temps libres se partage entre apprentissage de techniques traditionnelles : métier à tisser, création de bijoux avec feu et chalumeau, visites des voisins, aide au marché dans la ville voisine et exploration des alentours. Les quelques habitants de la vallée vivent tous plus ou moins en autonomie et sont presque tous des artisans. Je fais de longues balades dans la nature appréciant la solitude et la tranquillité. Lors d’une excursion je tombe sur un grand hotel abandonné. Je pénètre furtivement les lieux, une drôle d’impression me collant à la peau. L’intégralité des affaires sont encore présentes : bols, verres, affaires de cuisine, livres, jouets, draps, figurines, savon, chaussures… Seule la poussière et un certain désordre témoigne de l’abandon des lieux. Des souvenirs du Voyage de Chihiro ou des images d’une catastrophes nucléaires me viennent à l’esprit. De retour à Goka Farm j’apprends que le patron de l’hôtel accablé par les dettes a disparu environ cinq ans auparavant d’un jour à l’autre laissant l’hotel derrière lui. Le temps n’a pas d’emprise ici.

Mon séjour dans cet ilot de tranquillité touche à sa fin et après dix jours en compagnie de la famille Goka, je m’en retourne à la civilisation. Le choc est assez rude et j’ai un peu de mal à retrouver les annonces permanentes des bus et trains. Bien qu’assez court j’ai l’impression que mon séjour à Goka Farm m’a ouvert les yeux sur quelque chose d’important. Je ne sais pas encore exactement quoi mais j’ai la sensation qu’un nouveau chemin s’est révélé à moi. Une belle expérience pour conclure la fin de mon voyage au Japon et tempérer certains désagréments (trop de tourisme et difficulté des échanges) qui avaient obscurcit ma vision du pays récemment. 

——

10 mai 2016

Textes et photographies par Claire Blumenfeld

——

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Minami, Shikoku, Japon © Claire Blumenfeld

Minami, face à la mer

Sur la côte sud de Shikoku, la petite bourgade de Minami respire la tranquillité et l’atmosphère maritime.

Yufuin, Kyûshû, Japon © Claire Blumenfeld

Arrivée sur Kyûshû

Arrivée sur Kyûshû, berceau de la civilisation japonaise, où je vais passer le mois de décembre.

Yufuin, Kyûshû, Japon © Claire Blumenfeld

Wwoofing à Yufuin

Un mois de volontariat au milieu des fumerolles dans la petite auberge du Youth Hostel Country Road.

Naha, Okinawa, Ryukyu, Japon © Claire Blumenfeld

Temps gris à Okinawa

Je débarque sur l’archipel des Ryukyu dont fait partie Okinawa sous un temps de plus en plus mauvais.

Tajimi, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Tajimi et les céramiques

Tajimi, ville industrielle située dans la préfecture de Gifu est renommée pour ses céramiques. J’y travaille depuis le début du mois de Février.

TYK, Tajimi, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Une autre vision de TYK

À travers une vingtaine de photographies, une balade à la découverte de l’usine et de son aspect graphique.

TYK, Tajimi, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Portraits de TYK

Portraits de quelques une des personnes que j’ai côtoyé durant ces deux mois de travail à TYK.

Kachigawa, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Rencontre avec Polina

Découvrez Polina et sa famille, une jeune russe travaillant à TYK que j’ai rencontré une quinzaine de jours avant la fin de mon séjour à Tajimi.

Kyoto, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Aperçu de Kyoto

Pour mon dernier jour de travail au sein de TYK, j’ai eu droit à une excursion organisée d’une journée à Kyoto.

Kyoto, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

L’art du Kimono

Je marche dans Kyoto les yeux éblouis par les explosions de couleurs et motifs variés déambulant devant moi. Les Kimonos sont de sortie.

Takayama, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Takayama matsuri

Des étoiles plein les yeux, lors du superbe Takayama Matsuri dédié à la célébration du printemps et aux bonnes récoltes.

Osaka, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

À travers le Kansai

Découverte d’Osaka et Nara puis weekend sur le Mont Koya-san avant de revenir à TYK pour fêter le hanami.

Mitaka, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Derniers jours au Japon

Mon séjour au Japon touche à sa fin et j’en profite pour me balader dans les alentours de Tokyo et aller visiter le musée Ghibli.

Kyoto, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Six mois au Japon

Six mois au Japon. Six mois de familiarité et étrangeté. Incompréhension et émerveillement. Contrastes.

Don`t copy text!