article

Portraits de TYK
Portraits de quelques une des personnes que j’ai côtoyé durant ces deux mois de travail à TYK.
TYK, Tajimi, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld
CARNET

Noriko Andô. 37 ans, originaire de Mizanami. Elle travaille à TYK depuis dix-neuf ans dans la l’équipe Sensor Team. Andô-san sait cuisiner un riz au curry en forme d’Olaf (personnage du film « La Reine des neiges ») et aime beaucoup les films Ghibli. (Avec Kanji-san sur la photo à droite).

Kanji Katô. 49 ans. Originaire de Toki, une ville juste à coté de Tajimi. Il travaille à TYK depuis trente ans dans l’équipe New Material Team. C'est quelqu’un de très sympathique et d'ouvert avec qui j'ai beaucoup partagé.

Daisuke Satô. 28 ans, originaire de Sapporo sur l’île d’Hokkaidô. Il travaille à TYK depuis un an, dans l’équipe New Material Team. Satô-san est ceinture noire deuxième dan d’Aïkido. Il aime skier et faire du snowboard. Son père travaille dans un restaurant de sushis.

Hiroyuki Andô. 36 ans. Il travaille à TYK depuis dix ans, actuellement dans l’équipe Analysis Team. Andô-san travaille avec un Microscope électronique à balayage (ou SEM en anglais). Un SEM est capable de produire des images en haute résolution de la surface d’un tout petit échantillon. Le processus est impressionnant mais pas très rapide.

Mikiko Kawasaki. 44 ans, originaire de Nagoya. Elle travaille à TYK depuis dix ans dans l’équipe Analysis Team. Elle se considère comme 44 ans d’âge physique mais 20 ans d’âge de coeur. Kawasaki-san a une maison peinte en verte et jaune par sa famille. Au début elle n’aimait pas la couleur mais maintenant elle en a pris l’habitude.

Ichiro Tomatsu. 65 ans. Il travaille à TYK depuis quarante-huit ans. Tomatsu-san est le chef de l’équipe Analysis Team. C’est un monsieur qui sourit tout le temps.

Keisuke Ogihara. 26 ans, originaire de Kôchi sur l’île de Shikoku. Il travaille à TYK depuis un an dans l’équipe Analysis Team. Ogihara-san est passionné d’escalade. Il y va presque tous les soirs et le weekend. Son film Ghibli préféré est « Kiki la petite sorcière ».

Takahiro Kamiya. 43 ans. Il travaille à TYK depuis dix ans dans l’équipe New Material Team. Avant TYK, Kamiya-san a travaillé dans un restaurant chinois. Il a déjà mangé des pattes d’ours et des ailerons de requins. Son nom de famille « Kamiya » signifie « Vallée des dieux ».

Nobuhiro Hayashi et Yukie Kaku de l'équipe TC Sleeve. Nobuhiro Hayashi est quelqu’un de très gentil et de très souriant. Il travaille à TYK depuis neuf ans. Il a 43 ans et est originaire de Toki, une petite ville à coté de Tajimi, où il vit avec sa famille dans une maison traditionnelle. Hayashi-san est passionné de sport. Yukie Kaku est une jeune femme de 30 ans qui parle bien anglais. Elle est originaire de Ôita sur l’île de Kyûshû et aime lire et jouer aux jeux video. Elle était toujours prête à me donner des explications sur les kanjis et très sympathique. Elle travaille à TYK depuis six ans.

Shimon Ishimaru. 30 ans. Il travaille à TYK depuis huit ans et demi dans l’équipe New Material Team. Ishimaru-san ne mange pas au réfectoire les midis. Il préfère aller avaler un bon plat de ramen aux restaurants aux alentours de l’usine. Mais la pause de midi ne durant que quarante minutes il est obligé de manger à toute vitesse.

Yasuta Koike. 58 ans. Travaille à TYK depuis trente-cinq ans. Koike-san est le chef du Centre de Recherche et Développement. Il a vécu plusieurs années à Mons en Belgique et sait parler un petit peu français. Koike-san a rapidement remplacé le suffixe honorifique -san à la suite de mon prénom par -chan (Claire-chan), ce que l’on pourrait traduire en français par une marque de respect plus affective que le suffixe honorifique -san très formel.

En compagnie de toute l'équipe du centre de Recherche et Développement de TYK. Mina-san, dômo arigatôgozaimashita !

En compagnie de Ogihara-san et Satô-san.

Vous suivez le Chapitre 1 : Pérégrinations japonaises

Retourner au Journal

Copyright content.

.activités professionnelles

Mise en place de l'éco-lieu Les Sens de Théus (à venir)

Participation à un chantier de construction à Sigoyer (à venir)

.projets personnels

Conception et construction de mon habitat réversible (à venir)

Cheminement d’une vie à la recherche de sens

Comment se construire un avenir dans une époque de grands bouleversements ?
Depuis 2015 je chemine à la découverte d’autres cultures et d’autres modes de vie d’abord à travers plusieurs pays étrangers puis en France. Rencontres, confrontations et réflexions élargissent ma vision du monde et développent ma conscience écologique. La pandémie du covid19, les catastrophes climatique et biologique en cours et la nécessité de mettre en place des changements de vie majeurs orientent mes décisions quant à mon futur. Je travaille aujourd’hui à la construction d’un avenir le plus résilient possible à travers l’acquisition de savoirs liés à l’éco-construction, les low tech et les plantes et en évoluant vers un mode de vie centré sur la frugalité heureuse et le vivre-ensemble

mise en place de l'éco-lieu Les Sens de Théus (à venir)

participation à un chantier de construction à Sigoyer (à venir)

conception et construction de mon habitat réversible (à venir)