Carnets de voyages et récits de transition vers un avenir éthique et durable

Je m’appelle Claire Blumenfeld et je tiens Peregrinus Mundi depuis 2015. Ce site suit mon évolution dans la vie sous forme de chapitres. Les chapitres I à VI présentent principalement des récits de voyage et photographies. Le chapitre VII suit ma démarche de transition vers un mode de vie basé sur l’écologie et le bien-être à travers trois approches qui m’intéressent particulièrement, la permaculture, l’herboristerie et l’éco-construction.

Arrivée sur Kyûshû
Arrivée sur Kyûshû, berceau de la civilisation japonaise, où je vais passer le mois de décembre.
Yufuin, Kyûshû, Japon © Claire Blumenfeld
CARNET

Départ d’Hiroshima le samedi 5 Décembre, de bonne heure pour un trajet en bus puis en ferry qui va m’emmener sur l’île de Kyûshû où je vais passer le mois de Décembre. Kyûshû est l’une des quatre grandes îles composant le Japon. C’est la plus méridionale et elle est considérée comme étant le lieu de naissance de la civilisation japonaise. L’île est montagneuse avec de nombreux volcans, notamment le Mont Aso qui culmine à 1592m d’altitude et qui est l’un des plus grands volcans actifs du Japon. La dernière éruption date du 14 Septembre 2015. Le trajet pour rejoindre Kyûshû n’est pas très long mais la partie en ferry provoque quelques protestations de la part de mon estomac dûes à une petite houle. En l’espace de quatre jours, j’ai pris plus de fois le ferry qu’en l’espace de dix ans. L’arrivée sur Kyûshû est paisible. Le bus roule à travers la campagne, dans de petits villages au milieu des montagnes. J’arrive à Beppu vers 16h. Située sur le littoral Nord-Est, la ville est célèbre pour ses nombreux onsens (sources chaudes d’origine volcanique).  Il en existe plus de 3000 différents, proposant aux visiteurs des bains plus au moins chauds (certains très très chauds), des eaux de couleurs différentes ou même des geysers.

Je passe un weekend tranquille à Beppu en profitant pour me reposer. À part les onsens il y pas grand chose à faire ou à voir. Pour les amateurs de jeux d’argent, la ville est remplie de Pachinko (croisement entre un flipper et une machine à sous) dont le Japon est particulièrement friand. De grandes salles aux enseignes lumineuses sont remplies de ces machines où les japonais s’adonnent à leur passe-temps dans une ambiance sonore à la limite du supportable (en tout cas pour moi : mélange de j-pop et de bruits des machines à sous). On se croirait à Los Angeles par moments. Je fais le tour du centre-ville où je tombe sur une gigantesque tête de tengu (yôkais reconnaissables à leur long nez) trônant fièrement dans l’allée commerçante couverte. Le nez est vraiment massif. Balade dans un grand centre commercial pour acheter à manger (c’est l’occasion d’apprécier la vue de différents types de dango (boulettes de mochi), et je m’en retourne tranquillement à mon auberge.

Lundi 7 Décembre après une petit heure de trajet en train à travers la campagne bordée de montagnes, me voila arrivée à Yufuin, petit bourg situé aux pieds du volcan Yufudake. Le village est réputée pour ses onsens, son lac et son allée commerçante bordée de magasins de souvenirs vendant des spécialités de la région. Pendant deux semaines je vais effectuer mon premier woofing ici au sein du Youth Hostel Country Road, situé un petit peu à l’extérieur du village sur les hauteurs. Le woofing consiste à travailler gratuitement en échange du gîte et du couvert. Les propriétaires viennent me chercher à la gare de Yufuin dans l’après-midi, j’ai donc quelques heures pour me balader dans le village. Le lieu est absolument magnifique. Le paysage est vraiment très beau, le village possède une atmosphère tranquille et attachante baignée dans la fumée des onsens, l’allée commerçante propose entre-autres des spécialités culinaires du coin, le lac bordé d’arbres aux teintes orangées abrite le musée Marc Chagall et puis cerise sur le gâteau, un des magasins propose une multitude de produits dérivés des films du studio Ghibli. Pleins de Totoro en peluche, de tonnes de puzzles à faire soi-même, des ustensiles de cuisine, des bijoux, des baguettes, des porte-clés, des cartes postales, de superbes petites et grandes figurines, etc. Le paradis pour tout passionné des films du studio Ghibli. C’est sûr que je repasserais par là avant de quitter Yufuin.

Le début du woofing se passe bien. Le couple (Tomomi et Ryo) qui tient l’auberge est jeune, énergique et sympathique. Ils parlent un peu anglais ce qui facilite les échanges. Mon travail consiste à préparer les repas, mettre la table pour les clients logeant à l’auberge et servir les plats, faire la plonge, nettoyer et entretenir l’auberge. Le travail n’est pas très compliqué mais ça reste quand même un peu fatiguant. Pas mal d’activités sont prévues pendant le weekend et Ryo-san m’a proposé d’aller faire l’ascension du Yufudake. Une autre jeune woofer (personne faisant du woofing) venant de Taiwan est également présente. L’auberge est très agréable et surplombe la vallée et le village de Yufuin. Les chambres des clients sont de type traditionnel (tatamis et futons). La nuit, par temps calme, on peut voir les fumées des onsens s’élever dans la vallée en de grandes masses immobiles.

——

9 décembre 2015

Textes et photographies par Claire Blumenfeld

——

4 réponses

  1. C’est marrant tous ces onsens partout, j’espère que tu vas pouvoir en profiter un peu ^.^
    En tout cas, le village est très mignon, au pied des volcans comme ça, c’est joli 🙂
    En fait, j’avais une question : la nourriture est pas très chère au Japon ? Et du coup, tu vas passer les fêtes de fin d’années à faire du woofing ? ou t’as prévu un programme particulier ? Il fait pas trop froid en cette période ? (il a l’air de faire beau sur les photos ^^)
    bisous !

    1. L’auberge où je fais mon woofing possède un petit onsen ! Du coup c’est onsen tous les soirs 🙂 Ça fait du bien après le travail ! Sinon Yufuin est vraiment très sympa comme village et l’environnement est magnifique. La lumière en fin d’après-midi est superbe. Sinon la nourriture, ça va. C’est moins cher qu’en France. Mais je n’achète pas de la haute gastronomie donc forcément c’est pas très cher. Par contre si tu veux des sushis ou de la nourriture de qualité là c’est très cher. Pour les fêtes de fin d’années, je sais pas trop. Je vais décider ça la semaine prochaine mais oui je serais peut être en train de faire du woofing. C’est pas grave, c’est mieux que d’être toute seule et y’aura surement des trucs d’organisés. La température est sensiblement la même qu’en France pour l’instant. Comme Yufuin est un peu dans les montagnes, il y fait entre 10 et 20° je pense. Sans chauffage on se les pèle, surtout le matin. Mais heureusement y’a des petits chauffages électriques. Je suis contente parce que depuis que je suis arrivée à Yufuin, il fait plutôt beau temps, c’est sympa !

  2. Une bien jolie destination, semble t’il en voyant tes photos.
    Une question que je me pose depuis très longtemps. Combien de temps reste t’on dans un Onsen ?
    Hâte de lire le prochain épisode pour connaître ton retour sur ton expérience de woofing. Bon ok je triche un peu car ayant beaucoup de retard, je vais pouvoir lire cela tout de suite 😉
    Bon voyage

    1. Yufuin est l’une des plus belles destinations que j’ai vu jusqu’à maintenant.
      Pour les onsens, ça dépend des gens. Généralement quand tu commences à avoir trop chaud ou a ne pas te sentir très bien, il faut sortir de l’eau ou aller se passer un jet d’eau froide pour se rafraîchir. Perso, je reste environ 15 minutes mais il y a beaucoup de gens qui restent beaucoup plus. Certains restent même des heures !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Minami, Shikoku, Japon © Claire Blumenfeld

Minami, face à la mer

Sur la côte sud de Shikoku, la petite bourgade de Minami respire la tranquillité et l’atmosphère maritime.

Yufuin, Kyûshû, Japon © Claire Blumenfeld

Arrivée sur Kyûshû

Arrivée sur Kyûshû, berceau de la civilisation japonaise, où je vais passer le mois de décembre.

Yufuin, Kyûshû, Japon © Claire Blumenfeld

Wwoofing à Yufuin

Un mois de volontariat au milieu des fumerolles dans la petite auberge du Youth Hostel Country Road.

Naha, Okinawa, Ryukyu, Japon © Claire Blumenfeld

Temps gris à Okinawa

Je débarque sur l’archipel des Ryukyu dont fait partie Okinawa sous un temps de plus en plus mauvais.

Tajimi, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Tajimi et les céramiques

Tajimi, ville industrielle située dans la préfecture de Gifu est renommée pour ses céramiques. J’y travaille depuis le début du mois de Février.

TYK, Tajimi, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Une autre vision de TYK

À travers une vingtaine de photographies, une balade à la découverte de l’usine et de son aspect graphique.

TYK, Tajimi, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Portraits de TYK

Portraits de quelques une des personnes que j’ai côtoyé durant ces deux mois de travail à TYK.

Kachigawa, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Rencontre avec Polina

Découvrez Polina et sa famille, une jeune russe travaillant à TYK que j’ai rencontré une quinzaine de jours avant la fin de mon séjour à Tajimi.

Kyoto, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Aperçu de Kyoto

Pour mon dernier jour de travail au sein de TYK, j’ai eu droit à une excursion organisée d’une journée à Kyoto.

Kyoto, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

L’art du Kimono

Je marche dans Kyoto les yeux éblouis par les explosions de couleurs et motifs variés déambulant devant moi. Les Kimonos sont de sortie.

Takayama, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Takayama matsuri

Des étoiles plein les yeux, lors du superbe Takayama Matsuri dédié à la célébration du printemps et aux bonnes récoltes.

Osaka, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

À travers le Kansai

Découverte d’Osaka et Nara puis weekend sur le Mont Koya-san avant de revenir à TYK pour fêter le hanami.

Mitaka, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Derniers jours au Japon

Mon séjour au Japon touche à sa fin et j’en profite pour me balader dans les alentours de Tokyo et aller visiter le musée Ghibli.

Kyoto, Honshu, Japon © Claire Blumenfeld

Six mois au Japon

Six mois au Japon. Six mois de familiarité et étrangeté. Incompréhension et émerveillement. Contrastes.

Don`t copy text!