Cheminement d'une vie à la recherche de sens.

Textes, photographies et vidéos par Claire B.

Éco-construction et habitats légers. métamorphoser l’acte de construire et repenser notre rapport au vivant.
Récits de transition. vers un avenir éthique, durable et solidaire.
Carnets de voyage. découverte du monde entre voyages en solitaire et expériences de vie.
Approche créative. travail photographique et vidéos.

20 novembre 2016

Le Kepler restaurant, un délice des papilles

Spécialités du Fiordland avec une touche sud-américaine, c’est ce que propose le Kepler, le meilleur restaurant de Te Anau.
Kepler Restaurant à Te Anau, Fiordland, Île du Sud, Nouvelle-Zélande © Claire Blumenfeld
CARNET

Où manger à Te Anau ? Le village n’étant pas gros, les choix en matière de gastronomie sont limités. Pizzerias, restaurants asiatiques, quelques brasseries et bars néo-zélandais. Et le Kepler restaurant. C’est probablement le meilleur restaurant du patelin et c’est celui où je travaille depuis début Novembre. Avant de travailler au Kepler je n’étais pas une très grande amatrice de poissons, poulpe ou travers de porc. Mais la cuisine d’Edu transforme tout cela en petits plats merveilleusement bons. Kepler Restaurant dont le nom rend hommage à une des Great Walks du coin, existe à Te Anau depuis pas mal de temps mais a récemment changé de propriétaire. Depuis une dizaine de mois, il est tenu par Eduardo, un chilien installé en Nouvelle-Zélande depuis dix ans. Edu, comme ses employés l’appellent, a décidé de créer une carte proposant des spécialités du Fiordland avec une touche sud-américaine. Lui et son équipe en cuisine (Ingrid, Marek, Pablo et Yanette, mélange de chiliens et d’argentins) sont de véritables artistes des fourneaux. Chaque plat est un mélange de saveurs extraordinaires avec une présentation magnifique qui impressionne toujours les clients. Plateau de fruits de mer, Crayfish, côtelettes d’agneaux, milcao, filets de divers poissons, soupes, papas rellenas, ceviche, bread & dips, pâtes, chupe, légumes, morceaux de boeuf et de gibier, cheesecake, picarones se mélangent pour le plus grand plaisir des papilles.

Pour les amateurs de viande, le Lamb Rack (ou côtelettes d’agneau) est à ne pas rater. Le Ribeye (pièce de boeuf) ou le Venison Médaillon (gibier) sont également très bons, mais mon coeur penche en faveur de l’agneau du fait de sa présentation magnifique et de la tendresse de la viande. Huit côtelettes sont proposées avec un accompagnement de légumes et purée. Une des viande le plus tendres que j’ai pu déguster. Du coté de poissons, les spécialités du jour telles que le Crayfish, Seafood Platter, Duo of Fish et Homemade Seafood Pasta sont des musts. Mais mon numéro 1 reste le Taste of Earth and Sea pour son mélange de soupe de poisson (filet de Hoki) avec un bouillon à la tomate et ses travers de porc à tomber. Ceux-ci sont tellement tendres que l’os en est presque mangeable. Le tout vient accompagné de légumes sautés pour un mélange absolument parfait.

Le restaurant n’est pas grand et ne contient que deux salles mais est remplit tous les soirs. De superbes photographies de Patagonie sont accrochées au mur, faisant énormément penser au Fiordland, la plupart des clients de laissent prendre au piège. De très jolis tableaux noirs dessinés à la craie réalisés par Dana illustrent les spécialités. La musique est un gant de velours pour les oreilles, mélange de jazz, de musique sud-américaine et de grands classiques de Louis Armstrong, Ella Fitzgerald et Sarah Vaughan.

Le service est effectué par Katie (la gérante, venant des Philippines), Dana (venant d’Argentine), Radek (de République Tchèque), Thiaré (du Chili) et puis moi pendant mes quelques mois à Te Anau. Une équipe multi-culturelle qui marche bien, pleine de sourires et de bonne volonté. Durant ma période de travail au restaurant j’ai grandement apprécié l’atmosphère agréable qui émane du restaurant ainsi que la possibilité de discuter avec les clients pour échanger sur nos voyages respectifs. Le restaurant est également ouvert le matin et offre un petit-déjeuner mélangeant de nouveau les spécialités néo-zélandaise (bacon & eggs, toasties) et touche sud-américaine avec des facturas (croissants) à ne pas rater. Un arrêt à ne pas rater. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chapitre II. La terre du bout

Abel Tasman Track sur l'Île du Sud, Nouvelle-Zélande © Claire Blumenfeld

Paysages néo-zélandais

Un pays au mille visages. Entre rainforest, plaines désertiques, volcans, petits villages, fjords et hautes montagnes.

Te Puke, Bay of Plenty, île du Nord, Nouvelle-Zélande © Claire Blumenfeld

Les mains dans les kiwis

Mes derniers mois en Nouvelle-Zélande. Empaquetage de kiwis, découverte de White Island et moments joyeux.

Parc National de Tongariro sur l'île du Nord, Nouvelle-Zélande © Claire Blumenfeld

Autour du Tongariro

Parcourir pendant quatre jours les massifs volcaniques du centre de l’île du Nord.

Castlepoint sur Île du Nord, Nouvelle-Zélande © Claire Blumenfeld

Un mois d’avril mi-figue mi-raisin

De retour sur l’île du Nord, je fais face à quelques difficultés, visite les environs de Wellington et affronte le mauvais temps sur le Taranaki.

Queenstown, Otago, Île du Sud, Nouvelle-Zélande © Claire Blumenfeld

La ville reine

Deux jours magnifiques à Queenstown, la capitale de l’aventure et station de ski du pays des Kiwis.

Hobbiton, Île du Nord, Nouvelle-Zélande © Claire Blumenfeld

Au pays des Hobbits

Marcher dans les pas de Frodo à travers Hobbiton et retrouver l’ambiance des films de Peter Jackson.

Don`t copy text!