Trotternish Ridge - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld

Quelques jours sur Skye

La fin de mes cinq semaines en Écosse se fait proche. Après les Hébrides Extérieures, il ne me reste plus que quatre jours pour profiter de l’île de Skye. J’en profite pour faire des randonnées à la journée le long du Skye Trail.

Vendredi 12 Juillet j’ai laissé les Hébrides derrière moi pour rejoindre Uig sur Skye. C’est déjà bientôt la fin de mon voyage en Écosse, il me reste une semaine et j’ai décidé d’aller passer quatre jours sur l’île de Skye. 

An t-Eilean Sgitheanach, de son nom Gaelic est l’île la plus grande et la plus au nord de l’archipel des Hébrides Intérieures  sur la côte Ouest de l’Écosse. Réputée pour son paysage montagnard d’origine volcanique avec les massif des Cuillin et de Trotternish Ridge, l’île attire les touristes en quête d’aventure. Moins venteuse que les Hébrides Extérieures et faisant partie de la région des Highlands, je m’attends à y retrouver les midges, ces minuscules insectes suceurs de sang et une atmosphère particulière.

 

—————

CARNET DE ROUTE

Jour 1 : Le long de la côte 

Je me réveille sous un temps nuageux au camping de l’auberge de jeunesse de Flodigarry où je suis arrivée hier soir après avoir pris le ferry depuis les Hébrides Extérieures. Le tout petit patelin est situé le long de la côte Nord de Skye sur la péninsule Trotternish, la plus grosse des péninsules composant Skye et aussi une des plus jolies. 

Après quatre semaines de randonnée, je suis un peu fatiguée. De plus je n’ai pas eu le temps de préparer grand chose pour mon séjour sur Skye. J’ai acheté une carte hier soir et c’est tout. J’avais bien pensé faire le Skye Trail, une randonnée de sept jours d’environ 130km traversant les différentes péninsules de Skye, mais mon temps limité et la difficulté de la randonnée (un peu plus élevée physiquement que le West Highland Way et l’Hebridean Way et apparemment très peu marquée) m’ont un peu freiné. En regardant les courtes randonnées détaillées dans l’accueil de l’auberge et sur les conseils d’un couple de Belge, je décide d’aller me balader le long de la côte, sur le Quiraing, le long du Old Man of Storr et à travers le Glen Sligachan dans le début des Cuillin sur la côte Sud de Skye. Voila le plan. Quatre jours. Quatre randonnées. 

Je débute donc ma journée par le Coastal Path, un chemin longeant la côte depuis l’auberge jusqu’à Duntulm à une quinzaine de kilomètres en arrière où se trouve les ruines d’un vieux château. Les nuages s’espacent et laissent la place à un joli soleil. Je m’émerveille du paysage et de la côte tout en dents de scie. Skye est verte. Autant les Hébrides baignaient dans des tons jaunes, autant Skye apparait verte et beaucoup plus froide. J’ai un peu l’impression de me retrouver dans les Highlands, ce qui est vrai puisque Skye fait partie de la région des Highlands. Je marche le long des falaises qui bien que pas très élevées n’en restent pas moins impressionnantes. Le chemin longe le bord parfois de très près et j’ai presque le vertige. À l’intérieur des terres, un massif impressionnant me fascine. C’est le Quiraing, une formation géologique d’origine volcanique et bout nord du Trotternish Ridge, un grand glissement de terrain de 30km courant au centre de la péninsule. De hautes falaises sortent d’un seul coup de la terre pour former un massif surplombé d’un long plateau.

Vers midi, j’arrive à Rubba Hunish, le point le plus au nord de Skye où se trouve un lookout. Je distingue une petite construction qui s’avère en fait être un petit refuge ou Bothy comme l’appelent les Écossais ! C’est le premier que je vois depuis que je suis arrivée en Écosse. À l’intérieur, deux couchettes, quelques sièges et bouquins et une petite « veranda » pour apprécier la vue. Au loin s’étalent les Hébrides Extérieures où j’étais encore hier. Je déjeune à l’intérieur protégée du vent et en profite pour en apprendre plus sur les Bothy écossais. Répertoriés sur le site Mountainbothies, il s’avère qu’il existe de simples petits refuges comme celui où je suis assise un peu partout en Écosse et dans le reste du Royaume Uni mais principalement dans les parcs nationaux. Il n’en existe qu’un sur les Hébrides Extérieures et seulement quatre sur Skye. Ils sont généralement situés dans des endroits plutôt isolés. Je me rends compte également que le Coastal Path est en fait le premier jour du Skye Trail ! Mais dans l’autre sens. Le chemin commence à Rubba Hunish pour finir son premier jour à Flodigarry. En continuant d’étudier le chemin je me rends compte que toutes les randonnées que j’ai choisi de faire font parties du Skye Trail ! Le hasard fait bien les choses. 

Je continue le long de la côte et arrive aux restes du petit chateau perché sur une butte en bordure de la mer. Construit au 14ème siècle par le clan MacDonald, un des plus grands clans écossais, il fut abandonné en 1732 et ses pierres furent récupérées pour construire d’autres résidences. Aujourd’hui il ne reste que quelques pierres, une interdiction de pénétrer à l’intérieur et une foule de touristes. De retour sur la route je fais du stop pour retourner dans l’autre sens et rejoindre Brother’s point, un petit promotoire après le village de Staffin où j’ai décidé d’aller faire une petite balade pour conclure la journée. 

Une dame me prends en stop mais elle s’arrête à Kilt Rock, un des lieu les plus touristique de Skye, un peu avant Brother’s Point. Je passe y jeter un coup d’oeil mais c’est de nouveau rempli d’une foule de touristes qui ne m’enchante guère. La falaise est sensée ressembler à un « kilt » et une cascade de 60m, Mealt Waterfall se jète dans la mer. Plusieurs empreintes de dinosaures ont également été retrouvé dans le coin. Je ne reste pas longtemps et continue un peu sur la route avant de réussir à être prise en stop pour rejoindre enfin Brother’s Point. Apparemment une congrégation aurait vécu dans le coin, d’où le nom du promontoire. Le lieu est agréable avec une petite avancée de terre aux formes étranges dans la mer. Il me faut ensuite plus de quarante minutes avant de réussir à me faire faire prendre en stop pour rentrer à Flodigarry. Un peu long. Heureusement, un couple d’Allemands très sympathiques me recueillent enfin et je rentre à Flodigarry. La jeune femme vient sur Skye régulièrement et nous discutons des effets du tourisme sur l’île. Elle me dit qu’en 7 ans le tourisme à explosé et qu’il s’agit d’un tourisme mondial : Allemands, Français, Américains, Latinos, Chinois, etc. Effectivement Skye fait beaucoup plus touristique que les Hébrides Extérieures et les petites routes campagnardes sont désormais encombrées en permanence de gros campings cars ou de bus de tours organisés. Je déplore un peu la perte du coté calme et sauvage de l’île. 

Flodiggary - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld
Flodigarry
Duntulm - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld
Duntulm

Rubha Hunish - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld

Brother's Point - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld

Jour 2 : Arpenter le Quiraing

Aujourd’hui je m’attaque au Quiraing, ce massif si particulier qui m’a tant obsédé hier. Je pars de l’auberge et suis le chemin sur les traces du deuxième jour du Skye Trail. Ce deuxième jour fait normalement une trentaine de kilomètres et traverse le massif du Quiraing puis suis le Trotternish Ridge jusqu’à Old Man of Storr de l’autre coté de la péninsule. La plupart des gens coupent le périple en deux et dorment sur la crête. ce que j’aurais énormément aimé faire mais n’éyant rien préparé c’est trop tard. Je regrette un peu mais c’est comme ça. 

Je me lance donc le long de la route puis sur un sentier montant à travers les collines. Il fait gris mais les falaises et collines vertes sont impressionnantes. Je monte à travers les formations volcaniques fascinée par le paysage. Comme il est encore tôt il n’y a pas encore grand monde et c’est parfait. Le coin étant très fréquenté, je n’ai que quelques heures de répit avant que la horde ne débarque. Je monte sur le plateau au dessus et j’ai l’impression de me retrouver en Islande. Ou ce que je m’imagine de l’Islande. De grandes collines d’origine volcaniques aux formes étranges d’un seul coup sortant de la terre en bordure de la mer… J’apprécie le coté plus montagnard se dégageant de Skye et qui m’avait un peu manqué sur les Hébrides. La vue depuis le haut est fabuleuse et je découvre « The Table », un espèce de petit plateau caché et difficile d’accès, protégé par les murailles de pierres. Devant moi s’étale le Trotternish Ridge et je regrette vraiment de ne pas mettre lancée dans la traversée entière. La randonnée le long de la crête à l’air sublime, quoique très physique, et y passer la nuit en bivouac doit être assez exceptionnel. Bon, il n’y a plus qu’une chose à faire : revenir. Revenir sur Skye (et en Écosse) et faire le Skye Trail. 

Je redescends de l’autre coté du Quiraing où une petite route séparant les deux massifs croule sous les voitures de touristes. La horde est arrivée et le calme a disparu. Je m’achète un burger végétarien préparé par une dame aux forts accents russes qui m’apprend que la situation du tourisme sur Skye est une catastrophe. Effectivement en regardant le bouchon permanent qui s’étale devant mes yeux, je veux bien la croire. Le tourisme explose mais les infrastructures ne suivent pas. En quelques années, les collines de Skye ont été prise d’assaut par des touristes qui ne sont pas des randonneurs et qui n’en ont que faire des considérations  écologiques et environnementales. Et peu de choses sont mises en place par les mairies et politiques pour essayer d’arranger les choses. 

Je regarde le flot ininterrompu de touristes bruyants qui ne savent pas regarder le paysage, obsédés par leur téléphone portable et la recherche de la photo ultime à poster sur Instagram et cela m’écœure un peu. Quel dommage que ces lieux si magnifiques ne soient aujourd’hui réduits qu’à de simples attractions touristiques. Si j’ai l’occasion de revenir sur Skye, ce que j’espère vraiment, il faudra revenir en Automne, largement moins touristique afin de pouvoir profiter au calme de l’atmosphère des lieux. 

Je retourne à Flodigarry effectuant une boucle et longeant cette fois-ci les falaises du massif. Le soleil est apparu et il fait chaud. Je rejoins le camping et profite d’un superbe couché de soleil venant conclure une belle journée de randonnée (malgré le flot de touristes). 

Quiraing - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld
Le Quiraing

Quiraing - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld

Quiraing - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld
« La Table »

Quiraing - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld

Trotternish Ridge - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld
Trotternish Ridge depuis le Quiraing
Coucher de soleil - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld
Les Hébrides Extérieures depuis Skye

Jour 3 : Skye, la belle

Le bus me dépose à 8h30 au parking le long de la route pour rejoindre The Old Man of Storr. C’est déjà rempli de gens. The Old Man of Storr est un monolithe d’une hauteur de 55 mètres situé au bout sud du Trotternish Ridge. Le rocher s’est formé suite à l’érosion de la colline The Storr et c’est là que fini le deuxième jour du Skye Trail. C’est aussi l’une des vue les plus iconique de Skye et c’est donc un aimant à touristes. 

J’ai décidé d’aller voir le rocher puis de redescendre et de continuer le long de la côte pour rejoindre Portree, le long du Skye Trail et de sa troisième journée. Je monte le long d’un chemin qui ressemble à un boulevard entouré d’arbres coupés. Il ne reste plus que les troncs et cela fait très moche. Un peu plus en hauteur The Storr apparait avec en premier plan The Old Man of Storr et The Needle Rock (un rocher fin en longueur avec deux trous au centre). Ça baragouine de tous les cotés et un drone survolant le massif émet un bruit agaçant. Malgré tout je suis soufflée par la beauté du paysage. C’est impressionnant. Devant moi, la côte s’étale et je distingue les falaises que je vais suivre ensuite. Derrière moi, j’aperçois le sentier descendant du Trotternish Ridge. Un pincement de déception me titille encore le coeur. Il faudra vraiment que je revienne.

Je redescends et continue le long de la côte. Il y a beaucoup moins de monde de ce coté là. C’est très bien. Je passe voir la superbe baie de Bearreraig où furent aussi trouvées des empreintes de dinosaures puis je continue le long de trois kilomètres dans les tourbières. J’attends enfin la crête des falaises sous un soleil de plomb. Je m’affale pour déjeuner appréciant la vue grandiose. D’un coté le Trottrenish Ridge, de l’autre l’île de Raasay et les Cuillin (un gros massif montagneux sur la péninsule Sud de Skye). Somnolant dans l’herbe, j’aperçois soudainement une ombre gigantesque. Un Golden eagle (aigle doré) je pense, me survole à quelques mètres au dessus !! Il est magnifique. Pendant cinq bonnes minutes, il vole au dessus de moi faisant des cercles dans les airs. J’entrevois ses pattes jaunes et m’extasie devant la grandeur de l’oiseau. Il s’éloigne et je continue mon chemin, superbe, le long de la petite crête.

À Portree, je me rafraichis les pieds dans la mer. Il fait très chaud et je me sens un peu à plat. Dans le petit bourg, centre de Skye, j’achète un bouquin détaillant le Skye Trail et une glace maison chocolat-banofee, très bonne que je déguste sur le petit port aux maisons colorées. Je passe faire quelques courses alimentaires pour les prochains jours puis prends le bus pour retourner à Flodigarry, épuisée mais très contente de ma journée. 

The Old Man of Storr - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld
The Old Man of Storr et The Needle Rock
Bearreraig Bay - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld
Bearreraig Bay

The Storr et The Old Man of Storr - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld

La côte Ouest de Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld

Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld

Un aigle royal - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld
Un grand aigle volant au dessus de moi

La côte Ouest - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld

Portree - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld
Portree et ses maisons colorées

Jour 4 : Aperçu des Cuillin

Je quitte Flodigarry définitivement cette fois-ci pour rejoindre Sligachan au sud de Skye où commence le massif des Cuillin. Je vais suivre le cinquième jour du Skye Trail à travers Glen Sligachan, une vallée séparant les massifs des Red et Black Cuillin. 

Le soleil de plomb d’y hier a fait place à des nuages chargés de pluie et j’accueille la fraicheur avec satisfaction. Le bus me dépose à Portree où je prends un deuxième petit bus qui me dépose à Sligachan, un minuscule bourg formé d’un hotel, un pub, un camping et une auberge de jeunesse. J’avais envisagé de laisser mon gros sac à dos au camping ou à l’auberge afin de ne faire qu’un aller-retour le long de la vallée avec mon petit sac. Mais l’auberge est pleine et le camping ne m’inspire pas. Je décide au final de faire la traversée entière du Glen avec mon gros sac et de faire du stop pour rejoindre Broadford, proche du continent où se trouve un camping. 

N’ayant pas prévu hier de marcher avec mon gros sac aujourd’hui, je me retrouve avec quelques kilos de nourriture en trop sur le dos. Cela fait presque cinq jours que je n’ai pas marché avec mon gros sac et j’ai un peu du mal. Néanmoins, je m’enfonce tranquillement à travers la vallée sous un ciel menaçant d’où s’échappe par moments de jolis rayons de soleil. La traversée est très belle, assez sauvage et austère et à part une trentaine de jeunes (des scouts ?), je ne croise pas grand monde. Je longe plusieurs lacs et arrive vers 13h à la petite baie de Camasunary. Trois constructions : une ruine, une maison habitée et un petit Bothy. Le refuge a l’air un peu plus grand que celui de Rubba Hunish où j’ai déjeuné il y a quatre jours. Un groupe de biches se prélasse dans les hautes herbes et je déjeune en regardant les montagnes autour de moi. À ma droite, Blabheinn, 929 mètres est une des plus hautes montagnes de Skye. Il est possible d’y monter. mais pas aujourd’hui, son sommet est dans les nuages. Si je reviens sur Skye, en plus du Trotternish Ridge, je reviendrais faire un tour dans les Cuillin. 

Je quitte le Skye Trail continuant le long des falaises sur un chemin érodé rejoignant Elgol pour rejoindre Kilmarie passant par dessus un petit col. La montée n’est pas longue mais sévère et je peine un peu. Je retrouve la route à Kilmarie où seulement cinq minutes me suffisent pour être prise en stop par une jeune femme française. Elle me dépose à Broadford où je décide finalement d’abandonner l’idée du camping. Il va pleuvoir dans la nuit et ayant décidé de longer le Loch Ness demain, je dois rejoindre le continent ce soir. 

Je laisse Skye derrière moi avec un pincement au coeur et l’impression de ne pas avoir eu assez de temps pour découvrir l’île. Deux stops plus tard, une dame très gentille me dépose enfin au Ratagan Youth Hostel. Me voila de retour sur le continent. Et dans le centre des Highlands. Le lieu est grandiose. Et même si je suis un peu déçue d’avoir quitté Skye si vite et rafraîchie un peu par l’ambiance étrange de l’auberge, je suis très contente de m’être rendue ici. Je suis dans la région de Kintail et l’auberge est située juste au bord du Loch Duich. Devant moi s’étale les montagnes des Five Sisters et de Beinn Fhada. Pleins de chemins de randonnée partent à l’assaut des montagnes et j’ai soudainement l’envie de laisser tomber l’idée d’aller longer le Loch Ness demain et d’aller plutôt me balader par ici. Mais il va pleuvoir demain et l’ascension des montagnes sous la pluie ne m’enchante guère. Kintail est donc a ajouter à ma liste d’endroits où revenir pour un futur deuxième voyage en Écosse. 

Glen Sligachan - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld
Glen Sligachan

Glen Sligachan - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld

Glen Sligachan - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld

Broadford - Skye - Écosse - © Claire Blumenfeld
Broadford
Kintail - Écosse - © Claire Blumenfeld
Loch Duich et les Five Sisters

—————

 

À peine quatre jours pour visiter Skye. Quatre petits jours pour découvrir cette île assez exceptionnelle. Clairement ce n’était pas assez. Mais après avoir passé plus de quinze jours dans les Hébrides Extérieures il ne me restait hélas plus assez de temps. Après avoir marché quatre jours sur le Skye Trail, je regrette vraiment de ne pas m’être lancée dans la randonnée entière. J’y ai découvert des endroits magnifiques qui méritent vraiment d’y revenir. Coté midges, pas grand chose au final. Cela n’était pas du tout la catastrophe annoncée. Soit j’ai eu assez de vent, soit les gens exagèrent. 

Sur Skye, j’ai aussi découvert les ravages du tourisme de masse. Les petites routes souvent à une voie sont prises d’assaut par de gros véhicules rendant la conduite difficile, peu fluide et polluante. Les lieux iconiques sont remplis de touristes bruyants et les hébergements sont presque toujours pleins. Le West Highland Way était touristique mais pas à ce point. Et les Hébrides Extérieures étaient un havre de paix. Pour les personnes qui comme moi cherche à faire un voyage et non du tourisme, il faut vraiment éviter les périodes touristiques afin de pouvoir apprécier l’atmosphère particulière de l’île.

Au final, j’ai quand même grandement apprécié mon séjour sur l’île bien que les Hébrides Extérieures m’aient laissé une impression plus marquée. C’est probablement dû au temps passé là-bas : 18 jours contre 4 ici. Mais après le West Highland Way et l’Hebridean Way, je suis bien contente d’avoir découvert quelques bouts du Skye Trail. J’envisage également de revenir en Écosse, avec un peu de chance l’année prochaine, et de revenir sur Skye pendant une dizaine de jours, cette fois-ci en Automne afin de pouvoir profiter pleinement de ce que l’île a à offrir. 

 

Leave a Reply

Pour aller plus loin :

 

Randonnées Écossaises
Callanish - Hébrides extérieures - Écosse - © Claire Blumenfeld

The Hebridean Way – partie 2 : Montagnes et découvertes

Ma deuxième partie sur le chemin de randonnée à travers les Hébrides. J’y découvre des paysages superbes sur Harris et retrouve des connaissances sur Lewis avant de profiter de mes derniers jours pour me plonger dans l’histoire.

Port Nan Long - Randonnée sur l'Hebridean Way - Écosse - © Claire Blumenfeld

The Hebridean Way – partie 1 : Vent et monotonie

Après le West Highland Way, je pars pour ma deuxième semaine en Écosse sur les Outer Hebrides, un archipel d’une dizaine d’îles à l’Ouest de l’Écosse. Le Hebridean Way, un chemin de randonnée de deux semaines, assez sauvage, m’y attends.

error: Content is protected !!