Auckland - New-Zealand – © Claire Blumenfeld

Premiers pas en Nouvelle-Zélande

Map of New Zealand - Outline by FreeVectorMaps.com

Après 6 mois de voyage au Japon et six semaines de découvertes en Australie, j’ai pris l’avion au départ de Sydney, le dimanche 5 Juin, pour m’envoler vers la Nouvelle-Zélande. Ah ! Le pays des paysages magnifiques, des randonnées, de la Terre du Milieu, du Mordor et des trous de Hobbits ! Cela fait longtemps que je voulais y aller, à vrai dire depuis que j’ai vu la trilogie « Le Seigneur des Anneaux » de Peter Jackson, il y a une quinzaine d’années.

La Nouvelle-Zélande, (en maori Aotearoa, que l’on pourrait traduire par « pays du long nuage blanc ») est un pays principalement constitué de deux îles (Nord et Sud) qui fut l’un des derniers territoires à avoir été découvert par l’homme. Les Maori venant de Polynésie s’y sont installés à partir du 8ème siècle et les Européens y débarquèrent en 1642. Elle fut pendant longtemps une colonie britannique avant d’accéder entièrement à l’indépendance en 1947. Elle possède une faune et une flore endémique particulière dont la Fougère argentée, emblème du pays ou bien le Kiwi (lui aussi emblème), oiseau terrestre incapable de voler, très cher dans le coeur des néo-zélandais. Ceux-ci se désignent d’ailleurs eux-mêmes par le terme « Kiwi ».

Je débarque donc après 3h de vol, à Auckland, la plus grande ville du pays. Il fait un temps magnifique et je suis particulièrement heureuse d’être là. Je dépose mes affaires à mon auberge de jeunesse Haka Lodge Auckland, une auberge très sympathique, pleine de charme, avec tout ce qu’il faut et très bien située (si vous venez à Auckland, je vous recommande l’endroit) et je pars découvrir le centre ville.

Auckland est la plus grande ville du pays, située sur un isthme et construite autour d’une cinquantaine de volcans. L’endroit fut découvert en premier par les Maori aux alentours de 1350 et baptisé Tamaki Makau Rau (« La bataille des cent amants ») faisant référence aux nombreuses guerres tribales ayant eut lieu dans la région. Le premier colon européen à s’y établir fut un écossais du nom de John Logan Campbell en 1840.

La city d’Auckland, ressemble à toutes les « city » du monde, c’est à dire de grands buildings abritant des magasins et des centres d’affaires mais elle dégage un charme particulier. Peut-être est-ce dû au fait que le centre n’est pas très grand, que l’ambiance est tranquille, que certains bâtiments de style plus anciens possèdent encore leur très belle architecture, ou bien à la présence de la Sky Tower (gigantesque tour radio/téléphonique) qui domine la ville, je ne sais pas. Par contre ce que je sais, c’est que la ville me plaît instantanément. Je me balade le long de la marina alors que la nuit tombe, déambulant dans les différents quartiers (Queen Street, crochet par la Patrick’s Cathedral, Wynyard et ses entrepôts reconvertis en logement d’habitation…). Les lumières du port et de la Sky Tower illuminent la ville. Il y a une atmosphère différente ici. Oui, je suis bien en Nouvelle-Zélande.

Auckland - New-Zealand – © Claire Blumenfeld

The ferry building and the city -Auckland - New-Zealand – © Claire Blumenfeld

Je passe les cinq jours suivant à déambuler tranquillement dans la ville et ses différents quartiers tout en commençant à découvrir la culture Maori à travers les noms des rues ou des quartiers. Que ce soit le quartier un peu à l’écart du centre de Posonby, plein de charme, ou celui de Orakei sur la côte rempli de maisons luxueuses, l’ensemble me plaît me plus en plus.

Je fais également plusieurs rencontres très sympathiques dont Sophie, une jeune française qui vient de débarquer elle aussi dans le pays des Kiwis est qui va faire un stage de quatre mois à Dunedin sur l’île de Sud et deux jeunes indiens étudiant à Auckland avec qui je sympathise en prenant le bus en revenant d’une balade en soirée dans le quartier d’Orakei.

J’aime l’aspect tranquille qui se dégage de la ville, la proximité avec la nature, l’environnement magnifique, la baie avec ses différentes îles. Plusieurs personnes m’ont dit qu’il n’y a pas grand chose à faire à Auckland, et bien ce n’est pas vrai ! Il y a plein de balades très jolies et pas mal d’activités et visites qui n’attendent que vous. Le problème (pour moi qui ai un budget serré), c’est que la plupart sont payantes et relativement chères. Sinon le seul véritable point noir que je pourrais trouver à Auckland est le trop grand nombre d’asiatiques dans le centre-ville. Il sont où les vrais néo-zélandais ?

Parmi les belles balades que j’ai faites, je retiens mon escapade sur l’île volcanique de Rangitoto dans le golfe d’Hauraki à 30min en ferry d’Auckland. Rangitoto est le plus récent et le plus large des 50 volcans d’Auckland. La balade à travers les champs de lave (partiellement recouvert par la végétation) jusqu’au sommet du volcan fut une très belle découverte. Le trajet en ferry m’a également parmi d’avoir une jolie vue sur le quartier de Devonport, petit village historique aujourd’hui rattaché à Auckland.

Rangitoto island - Auckland - New-Zealand – © Claire Blumenfeld

 

Devonport - Auckland - New-Zealand – © Claire Blumenfeld

 

Wharf of Devonport - Auckland - New-Zealand – © Claire Blumenfeld

La Coast to Coast Walkway, une randonnée de 16km à travers la ville d’Auckland fut également une très belle découverte. Le sentier chemine par tous les quartiers les plus anciens de la ville et fait l’ascension de cinq des volcans les plus remarquables situés en plein centre de la ville. La vue d’Auckland depuis le Mont Eden avec son cratère en premier plan vaut le détour. Le Mont Eden (en Maori « Maungawhau ») est avec ses 196m d’altitude, le plus haut sommet volcanique de la ville.

Auckland View from Mount Eden and its crater - Auckland - New -Zealand – © Claire Blumenfeld

 

La One Tree Hill de son nom Maori « Maungakiekie » est une autre colline volcanique d’importance historique puisque les Maori y avaient construit un « pa » (village fortifié) et que c’est au pied de l’obélisque qui se trouve au sommet qu’est située la tombe de John Logan Campbell. Des vaches et des moutons paissent  sur les flancs de la colline. Des animaux en plein centre-ville !

One Tree Hill - Auckland - New-Zealand – © Claire Blumenfeld

 

J’ai également passé une très belle après-midi au Musée d’Auckland situé au sommet d’une colline dans le très joli parc de l’Auckland Domain. Les colonnes de la façade du musée évoquent curieusement les temples grecs. Les sections dédiées à la culture Maori et à la faune et la flore néo-zélandaise regorgent d’informations. C’est de loin les parties que j’ai le plus appréciées. Par exemple, savez-vous que la Nouvelle-Zélande abrite le plus gros perroquet du monde ? Le Kakapo est un gigantesque perroquet ne pouvant pas voler, nocturne et solitaire. Il ne se reproduit seulement qu’une fois tous les 3-5 ans en fonction de la quantité de nourriture qu’il trouve.

Auckland Museum - Auckland - New-Zealand – © Claire Blumenfeld

Maori House- Auckland Museum - Auckland - New Zealand – © Claire Blumenfeld

Autant vous dire que le début de mon voyage commence bien et que malgré l’hiver le temps fut relativement agréable. Pas trop de pluie et de beaux rayons de soleil. Mais après cinq jours à Auckland il est temps de partir visiter le reste du pays. Île du Nord me voici !

Leave a Reply