CARNET

La ville reine

Deux jours magnifiques à Queenstown, la capitale de l'aventure et station de ski du pays des Kiwis.
Catégories
Thématiques
Publié le
Textes & Photos
Queenstown, Otago, Île du Sud, Nouvelle-Zélande © Claire Blumenfeld

Lundi 19 Septembre, je laisse la ferme laitière où je travaille derrière moi et pars pour trois jours visiter Queenstown, la soit-disant capitale de l’aventure et plus grande station de ski au pays des Kiwis. Je quitte Invercargill sous un temps magnifique. Le bus zigzague à travers les pairies du Southland, remplies de vaches, moutons et cerfs. Au bout de deux heures nous atteignons la frontière avec la région de l’Otago où se trouve Queenstown et le paysage change brusquement. De superbes montagnes apparaissent aux sommets encore un peu enneigés. La route s’enfonce dans la vallée longeant la chaîne montagneuse des Remarkables (abritant une grande station de ski) et les rives du lac Wakatipu, le troisième plus grand lac du pays. Le paysage est magnifique. Vers quatre heures de l’après-midi, Queenstown apparaît enfin, bordant la rive droite du lac. Il fait très chaud et le lieu est rempli de touristes. Après deux mois passés dans la tranquillité des prairies du Southland, j’ai un peu de mal à m’ajuster à la foule.  Des jeunes passent en skateboard et t-shirt ou transportent skis et snowboard. Pas de ski pour moi durant mon séjour à Queenstown. Le prix des équipements et des pass est beaucoup trop cher. Ce sera deux jours de randonnées à la place.

Les montagnes enserrant Queenstown, le soleil commence déjà à disparaitre en fin d’après-midi. Je fais le tour de la petite péninsule adjacente au centre où se trouve le Queenstown Gardens. Beaucoup de monde s’amuse avec des frisbees en libre service et ça crie de tous les cotés. La chaîne des Remarkables dans le fond offre un superbe décor. Le petit centre est remplit de magasins et restaurants. Tous les vingt mètres se trouve une agence de réservation proposant différentes activités à faire dans la région : skydiving (saut en parachute), bungy jumps (sauts à l’élastique), luge, ski et snowboard, parapente, croisières, sessions de Shooter Jet (un hors-bord propulsé à 85 km/h), survols en hélicoptères, journées de visites au Milford Sound, bref c’est pas le choix qui manque. Le soleil disparait derrière les montagnes et la température chute brusquement. Je m’en retourne à mon auberge en appréciant l’ambiance plus calme de la ville qui se vide doucement de ses visiteurs.

Le lendemain réveil de bonne heure pour aller grimper le sommet Ben Lomond qui surplombe Queenstown. 1748 mètres d’altitude. Je commence ma balade en grimpant le Tiki trail qui longe le Gondola, le téléphérique menant au Skyline Complex situé au sommet d’une des collines entourant Queenstown. La balade est très sympathique, dans la forêt et monte sévère. Et il fait sacrément chaud ! Après une bonne heure de grimpette, j’atteins le complexe où tout un tas de gens s’amusent avec les luges d’été, les sauts en parachute ou le bungy jumping. Je passe un certain temps à observer les gens se jeter dans le vide depuis une plateforme juste à coté du téléphérique. La corde élastique qui les retient me paraît bien fine. Apparemment cela en fait pas peur aux touristes puisqu’aucun n’hésitent ! À l’exception d’une jeune femme qui au moment de sauter restera bloquée par la peur. Malgré les dix minutes d’encouragement de l’équipe et des gens en train de regarder, elle finira pas abandonner. À l’intérieur du complexe se trouve plusieurs tableaux entièrement réalisés à l’aide d’haricots peints. Celui avec Frodon intitulé Lord of the Beans est très drôle. La légende précise qu’il a fallu 100 heures de travail et plus de 20,000 bonbons pour créer le tableau. Depuis la plateforme d’observation, la vue sur la ville en contrebas est impressionnante  et permet de voir les différentes couleurs du lac Wakatipu.

Je continue mon chemin en m’engageant sur le Ben Lomond track. Le sentier grimpe tranquillement à travers une vallée jusqu’à un col. Pas un seul nuage dans le ciel, heureusement que j’ai pensé à mettre de la crème solaire. Je grimpe à mon rythme émerveillée par la beauté des montagnes et la blancheur des restants de neige sur les sommets. Trois heures de montée plus tard, j’arrive au col et fait mes premiers pas dans la neige. 1326 mètres d’altitude. À ma gauche se trouve le pic Ben Lomond et à ma droite le pic Bowen, 1631m. Droit devant moi, les superbes chaînes montagneuses du Fiordland et du Parc National du Mont Aspiring. Plusieurs personnes redescendent du pic et évoquent le fait qu’ils n’ont pas pu monter jusqu’en haut à cause de la neige et de la boue. Je me lance avec la volonté d’arriver jusqu’au sommet. Le soleil tape fort et la pente est très raide. Quelques zones sont couvertes de neige ou un peu boueuses. Mais à l’exception de ces quelques zones où la prudence est de mise le reste est sans danger. Curieusement je trouve le début de l’ascension plus difficile que la fin. Comme si après cinq heures de montée, mes muscles s’étaient adaptés à la difficulté. Ou alors c’est juste la perspective d’arriver au sommet. Les derniers mètres sont extrêmement alpins. La vue est stupéfiante. J’arrive enfin au sommet et c’est avec une grande satisfaction que je m’assoie pour prendre mon déjeuner tout en appréciant la vue.

Je passe un long moment à observer la beauté absolue du paysage. 360° d’immensité et de nature. Devant moi, les chaînes montagneuses du Fiordland et du Parc National du Mont Aspiring étalent leurs pics enneigés et leurs formes impressionnantes. Derrière moi, le lac Wakatipu dévoile son immensité. Peu de mots peuvent traduire ce que je ressens en observant le paysage. Un mélange de satisfaction, de plénitude, d’émerveillement et de joie. J’aimerais rester là pour toujours mais il faut se résoudre à redescendre. Je laisse le sommet derrière moi avec regret et me lance pour quatre heures de descente. Dur dur pour les genoux et les cuisses mais cela n’a pas d’importance. Je prends mon temps afin d’apprécier une dernière fois le paysage et m’en retourne vers Queenstown.

Le lendemain, mes muscles font entendre leur mécontentement et c’est pétrie de douleurs que je me rends sur la plage pour prendre mon petit-déjeuner. Comme hier le temps est magnifique. Quelques touristes commencent à apparaître mais l’atmosphère reste tranquille. De jolis cerisiers en fleurs déposent des tâches de beauté dans le centre-ville. Malgré la douleur, je décide de grimper au sommet de la Queenstown Hill, une colline de “seulement” 907 mètres d’altitude située juste derrière le centre. La montée est très sympathique et malgré le fait que cela soit moins alpin qu’hier, mon appréciation du paysage sera la même. Le coin est vraiment magnifique ! Je redescends avec quelques difficultés tout en profitant des panneaux indicatifs pour me documenter sur l’histoire de Queenstown. La région fut bien sûr découverte par les Maoris alors à la recherche de Pounamu (greenstone). La première traversée du lac Wakatipu fut réalisée par Donald Hay, un écossais en Août 1859. Et la transformation de Queenstown en station de ski date de 1939. Mais c’est surtout après la Seconde Guerre Mondiale, grâce aux vacances gratuites offertes par le gouvernement aux soldats de retour (et leurs familles) que la ville se transforma en une de principales destinations touristiques du pays.

Je redescends dans le centre, achète mon déjeuner et repars cette fois-ci en longeant les bords du lac Wakatipu. Déjeuner sur une plage de galets puis balade tranquille le long de la rive. Le TSS Earnslaw, un vieux bateau à vapeur passe régulièrement devant mes yeux. Autrefois utilisé pour faire la liaison entre Athol (sud du lac), Queenstown et Glenorchy (nord du lac), il sert aujourd’hui de bateau de croisière. Des Tui et Kereru m’accompagnent de leurs chants mélodieux. Mon séjour touche à sa fin et je me délecte des derniers instants à contempler les lieux si beaux. Mais tout cela est un peu gâché par le fait que la ville est remplie de touristes fêtards et par le bruit constant des avions, hélicoptères, bateaux, jet-ski. Queenstown n’est malgré sa beauté pas vraiment un coin à l’atmosphère tranquille.

Jeudi matin, départ en bus de Queenstown pour retourner à Invercargill où Julie, la dame de la ferme me récupère. Mes jours dans le Southland touchent à leur fin. Je vais quitter la ferme laitière en fin de semaine. J’ai décidé de passer la suite de mon voyage dans la région du Fiordland. Un nouveau travail dans un Holiday Park de Te Anau m’attend pour les prochains mois.  Et je vais profiter d’une semaine de repos pour aller randonner en bivouac. 

Overview Chapitre II

La terre du bout

Au pays des Hobbits

Marcher dans les pas de Frodo à travers Hobbiton et retrouver l’ambiance des films de Peter Jackson.

Aperçu de Doubtful Sound

Accompagner Alan pour un aller-retour à Doubtful Sound et découvrir le fjord sous la pluie.

Un mois d’avril mi-figue mi-raisin

De retour sur l’île du Nord, je fais face à quelques difficultés, visite les environs de Wellington et affronte le mauvais temps sur le Taranaki.

Autour du Tongariro

Parcourir pendant quatre jours les massifs volcaniques du centre de l’île du Nord.

Les mains dans les kiwis

Mes derniers mois en Nouvelle-Zélande. Empaquetage de kiwis, découverte de White Island et moments joyeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Don`t copy text!

Carnets et créations orientés nature et voyage

par Claire Blumenfeld

À propos

Claire Blumenfeld. La trentaine. Passionnée de nature, voyages et découvertes. J’observe le monde, la vie autour. Je cherche des réponses sur moi-même. Entre carnets, photos, vidéos et notes, voici les chapitres de ma vie. Le récit de mes errances.

Claire Blumenfeld. La trentaine. Passionnée de nature, voyages et découvertes. J’observe le monde, la vie autour. Je cherche des réponses sur moi-même. Entre carnets, photos, vidéos et notes, voici les chapitres de ma vie. Le récit de mes errances.