Les eaux bleues turquoises du lac Wakatipu apparaissent enfin dans le lointain. Entourées de chaines de montagnes de tous les cotés je laisse mon regard vagabonder, émerveillée par la beauté du paysage. La traversée en vélo depuis Te Anau fut rude mais cela en valait la peine. Mon petit vélo a survécu aux deux premiers jours de l’expédition à travers les pistes de gravier et les traversées de rivières.

Le lac Wakatipu est le plus long lac de la Nouvelle-Zélande avec une longueur de 80km. Queenstown se situe à une extrémité tandis que Glenorchy, ma destination, se situe de l’autre coté. J’ai beau plisser les yeux, je ne distingue pas le village. Les sommets sont couverts de neige et de gros nuages se profilent à l’horizon. J’ai l’impression que je vais avoir droit à des averses.

La plus célèbres légendes maori associée au lac raconte que Manata, la fille d’un chef d’une tribu locale fut un jour enlevée par le géant Matau. Son amant, Matakauri profita de l’obscurité pour la sauver des griffes du géant. Afin de s’assurer que Matau ne serait plus une menace pour sa femme, Matakauri mit feu au monstre alors que celui-ci dormait, sur le coté, les jambes repliées. Le feu creusa un trou de la forme de Matau et la chaleur fit fondre la neige des montagnes qui remplit le trou d’eau formant ainsi le lac. Glenorchy se situe aujourd’hui, à la position de la tête de Matau, Queenstown à ses genoux et Kingston à ses pieds. L’oscillation du niveau du lac (environ 20cm) serait due au coeur de Matau qui bat encore, enfouit au fond du lac.

Lake Wakatipu - Queenstown - New Zealand - © Claire Blumenfeld