Koya-san - Wakayama - Japan - © Claire Blumenfeld

L’atmosphère mystique de Koya-san

[lgc_column grid= »15″ tablet_grid= »15″ mobile_grid= »100″ last= »false »][/lgc_column] [lgc_column grid= »70″ tablet_grid= »70″ mobile_grid= »100″ last= »false »]

L’atmosphère mystique de Koya-san

ou déambuler à travers les tombes d’un des plus grands cimetières du Japon.

Suite à Osaka et Nara je suis allée passer un weekend sur le mont Koya-san. C’est le centre du Shingon Bouddhisme, une importante secte introduite au Japon en 805 par Kobo Daishi (ou Kukai), un des prêtres les plus connus du Japon. Une figure que j’ai déjà croisé lors de mon passage sur Shikoku. À son arrivée à Koya-san Kobo Daishi construisit un temple qui est maintenant le siège général de la secte ainsi que le point de départ du fameux pèlerinage des 88 temples de Shikoku.

Aujourd’hui plus d’une centaine de temples enveloppent le petit village au sommet de la montagne et un immense cimetière l’Okuno-in, auberge les pierres tombales de samouraïs, de personnalités connus et de gens ordinaires à l’abris d’une forêt de cryptomérias centenaires.

Marcher à travers le village et le cimetière s’est marcher dans l’histoire. C’est marcher au milieu des fantômes. C’est se laisser infuser par la foi et la puissance de la nature. je déambule émerveillée par la beauté de l’architecture. Avec la tombée de la nuit, les lanternes s’allument dans le cimetière lui conférant un aspect presque vivant. Un fantôme ou yokai apparaitrait devant mes yeux que je ne serais pas surprise.

J’ai passé la nuit dans un temple (shukubo) où j’ai pu manger la cuisine traditionnelle végétarienne des moines (shojin ryori) et assister à la cérémonie des prières matinale. Une expérience très intéressante.

 

[/lgc_column] [lgc_column grid= »15″ tablet_grid= »15″ mobile_grid= »100″ last= »true »][/lgc_column]

 

 

Leave a Reply