Je marche sous le soleil le long du Bararanna Trail. Le sentier m’emmène à travers un paysage de roches rouges. Cela parait sec et désertique mais ce n’est pas le cas. Mon regard vagabonde à travers les roches pour s’attarder sur les tâches de couleurs présentent un peu partout. Les plantes sont en fleurs. Vert, rouge, blanc, violet, jaune, rouge. Une festival de couleur.

Dans le bush australien ont trouve des plantes natives au nom intéressants : bush-banana, bush-tomatoes, native curry, Sturt’s Desert Pea, etc… À part le nom, elles ont peu de choses en commun avec les plantes dont elles tirent le nom. Pour les non-initiés, le bush est un lieu effrayant, rempli d’animaux dangereux, sans eau et nourriture. Pour les spécialistes, Aborigènes ou bushmen, le bush est plein de ressources. La plupart des espèces natives sont comestibles et l’eau se cache souvent non loin de la surface.

Dans les Flinders Ranges il n’y a pas de rivières permanentes. Sauf lorsque les criques se remplissent brutalement suite à de grosses pluies, coupant les routes et rendant les déplacement difficiles, l’eau est absente du paysage. Ou c’est ce qu’on croît. À la place de rivières, se trouve des Waterholes. Autour d’Arkaroola, se trouve une dizaine de Waterholes. Ce sont des trous d’eau permanents dont le niveau varie en fonction des saisons. Stubbs Waterhole et Bararanna Gorge sont probablement les plus beaux. Oasis au milieu du désert, les trous d’eau attirent toute la faune du coin. La couleur verte opale de l’eau contraste magnifiquement avec le rouge des rochers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*