Le soleil tape fort. Pas un nuage à l’horizon. Depuis le sommet d’une des crêtes environnantes j’observe Arkaroola. Les quelques constructions qui constituent le village semblent bien fragiles au milieu de l’environnement désertique. Le rouge de la terre, la couleur dominante, me fascine. Je me perds dans la contemplation du paysage. Le lieu est magnifique.

Depuis le début du mois de Juillet 2017, je travaille en Australie Méridionale à Arkaroola Wilderness Sanctuary. La réserve naturelle privée abrite un petit village et camping perdus au nord des Flinders Ranges. La première localité à proximité est située à trois heures de route. Et il faut sept heures pour atteindre la « grande » ville des environs, Port Augusta. Presque aucun signe de civilisation sur des kilomètres. Juste la nature semi-désertique. Les collines ondulées vêtues de rouge. Et une sensation de calme. Située à 600km au nord d’Adelaide, la région est un témoin de l’histoire de l’évolution. De nombreux géologistes viennent y décrypter l’histoire des roches tapissant le sol et font parfois la découverte d’un fossil animal datant de millions d’années.

Sous mes pieds se trouve des cailloux millénaires. Certains des arbres que je croise ont vu passer les siècles sans changements notables. Lorsque je regarde des photos d’il y a cinquante ans, je n’y distingue pas vraiment de différences. À part une végétation plus dense aujourd’hui dû aux efforts de protection des propriétaires afin de protéger l’environnement (Arkaroola fut un temps utilisé comme « Station » (propriété utilisée pour la production du bétail)). Vivre à Arkaroola c’est vivre à la fois dans le passé, le présent et le futur. Cela ne fait que deux mois que je réside dans cet Outback resort mais j’ai l’impression que le temps c’est arrêté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*