Lors de ma première journée dans l’équipe New Material Team, Kanji-san m’a emmené avec lui à l’usine Akechi Céramiques. Sur le trajet nous avons fait de nombreux détours et arrêts et la journée s’est transformée en découverte de la région !

 

Le 24 Mars, j’ai intégré ma dernière équipe du centre R&D : l’équipe New Material Team. Vers 10h du matin, Kanji-san m’a emmené avec lui à l’usine Akechi Céramiques afin de récupérer des produits. Moi qui pensait ne faire qu’un aller-retour en trois heures, qu’elle ne fut pas ma surprise quand Kanji-san a commencé à faire des détours pour me montrer différents lieux de la région !

 

Kanji Katô est quelqu’un de très sympathique et facile d’approche. C’est une des premières personnes avec qui j’ai échangé quelques mots dès mes premiers jours à TYK. Toujours plein d’entrain, curieux et au sourire facile, c’est un plaisir de discuter avec lui malgré le fait que je ne parle pas beaucoup japonais et qu’il ne parle que très peu anglais. Kanji-san aime beaucoup organiser des soirées ou des sorties entre amis. Il 49 ans et est originaire de Toki, une ville juste à coté de Tajimi. Il travaille à TYK depuis 30 ans dans l’équipe New Material Team.

 

Premier arrêt sur le trajet : une très grande roue à eau. Située dans un petit parc au dessus d’un fleuve et d’un gigantesque barrage, la roue de 24 mètres de haut tourne à la puissance du vent, transportant l’eau dans une boucle infinie et envoyant des gouttelettes sur les visiteurs en fonction de l’orientation du vent. Les vraies roues à eau (de taille plus modeste) étaient autrefois utilisées pour amener l’eau dans les rizières. Le gigantisme de celle-ci tient plus de l’attraction touristique que de la réalité.

 

À quelque pas de la roue, se trouve un portail avec une cloche. La coutume est de faire sonner la cloche. Dans les sanctuaires, avant de prier les gens agitent une cloche afin de s’annoncer aux esprits. La cloche du parc semble être un rappel humoristique aux pratiques religieuses.

 

Avant de reprendre notre trajet, nous dégustons Kanji-san et moi, une petite brochette de dangos achetés à l’échoppe à l’entrée du parc. Les dangos sont des boulette faites à base de « mochi » (riz gluant). Moelleux et enrobés de sauce shoyu (sauce soja), ceux-ci sont très bons.

 

Alors que nous nous enfonçons dans les collines rurales de la région d’Ena (à l’est de Tajimi), nous faisons un deuxième arrêt. Un superbe temple dédié à Kannon, déesse bouddhique de la miséricorde, se trouve là, enveloppé d’une atmosphère paisible. Kanji-san m’explique que c’est le temple où il vient toujours prier pour Ganjitsu (Nouvel An Japonais) lors du Hatsumôde, la première visite au temple ou sanctuaire de la nouvelle année.

 

L’intérieur du temple est magnifique, avec de jolies tentures de différentes couleurs (typique des temples bouddhistes), plusieurs effigies de bouddhas et un superbe lustre recouvert d’or.

 

Kanji-san et moi allons ensuite présenter nos respects aux dieux et esprits et effectuer nos prières. Nous tirons l’Omikuji pour prédire notre fortune. Kanji-san tombe sur de très bonnes prédictions alors que les miennes sont plus en demie-teinte. Aurais-je épuisé mon quota de chance ?

 

Nous passons à l’échoppe vendant des Omamoris (amulettes en vente dans tous les temples et sanctuaires et sensées fournir diverses formes de chance ou de protection). Kanji-san souhaite m’offrir un porte-bonheur ! Je choisis celui dédié à un voyage sans encombres.

 

La région d’Ena dans laquelle nous roulons depuis plusieurs heures, est parsemée de magnifiques paysages et de petits villages ruraux au milieu des champs de rizières en terraces et de forêts de pins ou de bambous.

 

Vers 13h, nous faisons halte dans un village proche de notre destination afin de déguster un bon repas dans un restaurant chinois. Kanji-san est un habitué des lieux puisqu’il vient très souvent manger là lorsqu’il effectue le trajet pour aller à Akechi Ceramiques (plusieurs fois par semaine).

 

Vers 14h, nous arrivons finalement à l’usine. Située en pleine nature dans les collines, Akechi Céramiques fabrique principalement des produits à base de carbon et quelques produits en céramique, notamment ceux que Kanji-san est venu récupérer. En attendant que les produits finissent de sortir du four nous faisons le tour de l’usine.

 

Je fais connaissance avec quelques personnes travaillant à l’usine. Ceux-ci sont très sympathiques ! Photo avec Yamada-san et son équipe et discussion avec un des ouvriers qui me raconte que pour son voyage de noce, il est allé en France, visiter les Champs-Élysées, le Mont Saint-Michel et que durant son séjour il a mangé une omelette (qui devait être très bonne puisqu’elle lui est restée en mémoire !).

 

Nous chargeons les produits dans la petite camionnette de Kanji-san et reprenons la route. Sur le chemin du retour, lors d’une intersection, nous rencontrons deux gros Shîsâ à l’apparence fière. Les Shîsâ, originaires d’Okinawa, sont des chiens gardiens généralement toujours par deux et sensés protéger des mauvais esprits.

 

Le soleil de fin d’après-midi illumine le paysage. La région d’Ena est vraiment très jolie ! J’ai envie de descendre de la voiture pour faire des photos, toutes les deux minutes. Mais cela n’est bien sûr pas possible puisqu’il faut rentrer. Nous arrivons à 16h45 au Centre R&D, 15 min avant la cloche de fin de journée et déchargeons notre cargaison. Cela conclu cette journée remplie d’échanges, de découvertes et de joie.

Kanji-san, arigatôgozaimashita ! *

* Kanji-san, merci beaucoup !