Queentsown - New Zealand - © Claire Blumenfeld

PeregrinusMundi - icon - © Claire Blumenfeld

La terre du bout

Chapitre 2
La fuite
Nouvelle-Zélande | 1 an
Juin 2016 – Juin 2017
Après un voyage en demi-teinte au Japon, je n’envisage pas de rentrer et m’envole pour la Nouvelle-Zélande. J’entreprends un voyage différent fait de beaucoup de travail, d’apprentissage et de découvertes. Les paysages sont très beaux et j’en profite également pour faire de grandes randonnées. J’ai l’impression de fuir l’avenir tout en étant presque sereine dans ce pays à l’autre bout du monde.
Les eaux bleues turquoises du lac Wakatipu apparaissent enfin dans le lointain. Entourées de chaines de montagnes de tous les cotés je laisse mon regard vagabonder, émerveillée par la beauté du paysage. La traversée en vélo depuis Te Anau fut rude mais cela en valait la peine. Mon petit vélo a survécu aux deux premiers jours de l'expédition à travers les pistes de gravier et les traversées de rivières.
Si vous cherchez à mêler la découverte du Fiordland avec aventure sportive, je vous recommande d'aller faire du Kayak dans le Doubtful Sound. Le sound fut découvert par James Cook en 1770. N’étant pas sûr de sa praticabilité, l’explorateur nommera l’endroit Doubtful Harbour, ce qui signifie "incertain" ou "douteux" en anglais.
En voyage on rencontre toujours des gens dans une situation similaire à la notre et avec qui on sympathise rapidement. Pauline, je l'ai rencontré au tout début de mon voyage en Nouvelle-Zélande, à Rotorua sur l'île du Sud. On a passé quelques jours ensemble et son caractère bien marqué mais sympathique et ses envies similaires aux miennes m'ont tout de suite plu. On s'est retrouvé à peine une semaine plus tard par le plus grand des hasard sur le parvis de l'i-site de New Plymouth. Puis plusieurs mois plus tard à Te Anau. Voici sa vision de la Nouvelle-Zélande.
Eh bien voila, après quatre mois à Te Anau en bordure du Fiordland, me voila sur le départ. J'ai passé mes dix derniers jours, enfin libérée du travail, à organiser mon voyage et à faire quelques activités. Je suis notamment allée faire une randonnée de trois jours dans les vallées des lacs Monowai et Green Lake. Située à 60km vers le sud de Te Anau, le coin est rempli de petits et grands lacs.
Après trois heures de kayak, nous nous arrêtons sur une minuscule plage dans un des bras du fjord. Le temps est typiquement "Fiordlandien". Mélange de pluie et de soleil qui confère au lieu une atmosphère incroyable. Nous sortons nos affaires des compartiments de rangement des kayaks. Chacun avale son petit casse-croûte pour reprendre des forces pour la suite.
Des pies (tartes fourrées) en Nouvelle-Zélande, on en trouve partout. Il y en a à tous les choix possibles, du salé au sucré, chaudes ou froides, à manger à n'importe quelle heure de la journée. C'est une véritable tradition. De passage à Te Anau, dans la région du Fiordland, ne manquez pas de faire un arrêt par le petit magasin Miles Pies, à coté de l'i-site. De l'extérieur, le lieu ne paye pas de mine (comme beaucoup d'endroits en NZ) mais leur pies sont délicieuses.
Eh bien, voila. Mes quatre mois de travail en tant qu'housekeeper au Lakeview Holiday Park de Te Anau sont finis. J'ai rangé ma chambre et refais mes bagages (j'en ai beaucoup trop d'ailleurs). Barbecue ce soir avec les membres de l'équipe et demain matin je quitte le parc. Il est grandement temps de partir.
Où manger à Te Anau ? Le village n'étant pas gros, les choix en matière de gastronomie sont limités. Vous avez la possibilité entre des pizzerias, des restaurants asiatiques, quelques brasseries et bars néo-zélandais et puis le Kepler restaurant. Bien sûr, ayant travaillé dans le restaurant pendant mes quatre mois à Te Anau, je vais vous parler de celui-là. Également parce que je pense que c'est le meilleur restaurant du patelin. Avant de travailler au restaurant je n'étais pas une très grande amatrice de poissons, poulpe, travers de porc, etc. Depuis, je suis prête à gouter n'importe quoi.
Ce matin je me réveille à 8h, l'esprit un peu embrumé d'un rêve dont je ne me souviens pas. Cela fait quatre mois que je travaille en tant que housekeeper au Lakeview Holiday Park de Te Anau. Il me reste à peine trente minutes pour me préparer et avaler un petit-déjeuner rapide. Je quitte West Arm et traverse le parc sous une pluie fine pour rejoindre le petit bureau de l'équipe d'housekeepers.
Banane, chocolat et yaourt à base de noix de coco. Ce sera mon repas du soir. Depuis Novembre 2016, en plus de travailler durant la journée comme housekeeper au Lakeview Holiday Park de Te Anau, je suis également serveuse le soir au Kepler restaurant. Généralement le travail au parc se finit vers 4-5h. Tandis que le travail au restaurant commence à 6h du soir. Autant dire, assez peu de temps pour se reposer entre les deux.
Je suis arrivée à Te Anau en Octobre dernier. Depuis, le Nouvel An est arrivé et nous voila en 2017 presque fin Janvier déjà. Quatre mois dans ce petit coin au bout du sud de la Nouvelle-Zélande. J'étais venu pour travailler deux mois en tant que housekeeper (ménagère ou gouvernante en français) au sein du Lakeview Holiday Park, le plus gros camping du village situé en peu à l'écart et me voila quatre mois plus tard toujours là.
Mieux vaut ne pas laisser sa nourriture sans surveillance dans la cuisine de West Arm. Une seconde d'inattention et votre repas a disparu, engloutit par un couple de Pinsons voraces ayant fait de l'espace à cuisiner leur territoire de chasse. Oui, j'exagère. Mais on est pas loin de la vérité.
Ne vous fiez pas aux apparences, la grande majorité du temps à Te Anau, il fait mauvais temps. Surtout cette année. D'après les dires des habitants, cet été est particulièrement mauvais. Depuis quatre mois que je suis ici (j'ai débarqué en Octobre), j'ai vu défiler tout un tas de ciel avec des variations de gris incroyables. J'ai fait l'expérience de la pluie fine, de la pluie torrentielle, de la grêle et même de la neige. J'ai eu froid, très froid, transpercée par des rafale de vent à déraciner les arbres de la forêt derrière le camping où je vis. Et quelque fois, par moments fugaces, j'ai vu apparaître le soleil. C'est pas tout à fait l'été que j'attendais. Alors quand le soleil daigne enfin montrer son nez, la vie prend une couleur différente.