Queentsown - New Zealand - © Claire Blumenfeld

PeregrinusMundi - icon - © Claire Blumenfeld

La terre du bout

Chapitre 2
La fuite
Nouvelle-Zélande | 1 an
Juin 2016 – Juin 2017
Après un voyage en demi-teinte au Japon, je n’envisage pas de rentrer et m’envole pour la Nouvelle-Zélande. J’entreprends un voyage différent fait de beaucoup de travail, d’apprentissage et de découvertes. Les paysages sont très beaux et j’en profite également pour faire de grandes randonnées. J’ai l’impression de fuir l’avenir tout en étant presque sereine dans ce pays à l’autre bout du monde.
Après cinq jours à Wanaka, il est temps de partir. Je quitte mon joli coin au camping de Glendhu Bay, Dimanche 26 Février sous un temps couvert. Quarante minutes sur la route vallonnée pour rejoindre Wanaka et je me lance en direction Aoraki / Mont Cook, mon point d’arrivée dans 3 jours. Environ 200 km me séparent de l’endroit que je souhaitais le plus visiter pendant mon séjour en Nouvelle-Zélande.
Avec son climat doux, la région est particulièrement prisée des Néo-Zélandais en quête de tranquillité. Wanaka possède un très joli bord de lac qui s'étend sur plusieurs kilomètres. Se prélasser sur la plage de galets lors des après-midi chaudes d’été semblent être l’activité favorite des Kiwis.
Samedi 18 Février, je laisse Glenorchy derrière moi pour retourner à Queenstown. Mais le trajet ne se fait pas en vélo. Non, je n’ai pas eu la force de refaire la route à l’envers. J’ai pris un bus. Ou plutôt un minibus pour moi toute seule. La dame qui conduit le véhicule attache mon vélo à l’arrière et nous voila parties.
À quelques kilomètres de Queenstown sur l’île du Sud, là ou les rivières Dart et Rees et leurs affluents se rejoignent pour se jeter dans le lac Wakatipu, se trouve Glenorchy, une petite bourgade d’à peine 300 personnes. Les premiers habitants de la région furent William Rees et sa famille en 1860.
Après un premier jour à Glenorchy, j’ai mis le cap sur le Whakaari Conservation Park où se trouvent le Mt Judah Track et le Mt McIntosh Loop Track. J’avais prévu de faire le second avec un premier jour pour atteindre le refuge en haut d’un col à 1464 mètres, y passer la nuit et redescendre le lendemain en suivant les crêtes afin d’avoir de magnifiques vues sur la région. Hélas cela ne s’est pas passé selon mes plans.
Samedi 11 Février, me voici enfin partie. Je quitte Te Anau et le Fiordland sur un vélo est peu tremblotant sous le poids de mes bagages. Première étape : rejoindre Mavora Lakes à 70km environ de Te Anau. Contrairement aux prévisions, il fait un temps pas trop moche. Tant mieux, j’ai pas envie de commencer mon premier jour de vélo sous la pluie.
Le Fiordland est le plus grand parc national de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande. Il est composé en grande partie de montagnes couvertes de forêts d’hêtres néo-zélandais et de fjords s’enfonçant dans les terres inhabitées étirant leurs longs bras à travers le paysage. La totalité du parc est sauvage. À part quelques refuges, la civilisation n’a pas d’emprise sur la nature.